Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des avis ciné made in PXL par et pour des étudiants : partagez et profitez du meilleur du cinéma !

Black Panther : Wakanda Forever (2022)

Black Panther : Wakanda Forever est un film réalisé par Ryan Coogler sorti en 2022, avec Laetitia Wright, Angela Bassett et Tenoch Huerta Mejia. 

 

Un an après la mort soudaine de T'Challa, le Wakanda panse encore ses plaies, alors que d'autres pays lorgnent avidement vers ses ressources de Vibranium. Shuri, la sœur du roi défunt, fait difficilement son deuil alors que sa mère Ramonda cherche un moyen de faire revivre le symbole de Black Panther. A la surprise générale, un empire sous-marin caché se révèle au grand jour, mené par le puissant Namor. Celui-ci fait le premier pas vers le Wakanda en ces temps troublés, avec de sombres desseins pour le reste du monde… 

 

Suite du premier volet et dernier épisode de la phase 4 de l'univers cinématographique Marvel, Wakanda Forever fut évidemment ébranlé lors de son développement par la mort de son acteur principal, Chadwick Boseman. En adaptant pour la première fois sur grand écran le héros africain, et en le jouant avec justesse et noblesse, Boseman s'est imposé comme une figure clé pour la diversité au sein de l'univers Marvel. Le film lui rend naturellement un hommage touchant mais pas écrasant, ce qui était la bonne décision pour une saga en plein renouveau, et toujours tournée vers l'avenir. On regrette Chadwick, son humilité et sa détermination, mais le futur revient à d'autres talents, revient à toute personne qui se dressera face au racisme, à l'ignorance et à la violence. Lui, regretterait peut-être que le film soit, au final, et malgré les éloges, si déséquilibré et inabouti. 

Wakanda Forever est en effet un énième témoin des problèmes de Marvel post-Endgame. Le scénario est bancal, les enjeux sont médiocres, l'attachement aux nouveaux personnages relativement faible et le propos mal travaillé, la réalisation lisse et plate. Sans parler encore une fois de certains effets spéciaux visiblement inachevés, mais le problème est moins flagrant que dans la terrible série She Hulk, qu'on a déjà hâte d'oublier. En effet, certaines scènes, notamment un remarquable tableau sous-marin, sont assez intéressantes et bien travaillée. Autre point positif permettant de remonter l'estime publique pour le film : le jeu des acteurs. L'ensemble de la distribution fait tous les efforts possibles pour montrer le deuil, la colère, l'isolation et le désespoir. Mention spéciale à Angela Bassett qui livre la réplique le plus poignante du film dans une scène lourde, et à Tenoch Huerta, qui interprète une toute nouvelle version de Namor, formidable par sa puissance, terrifiante dans ses ambitions, et malgré tout aussi humaine que les autres personnages du film. On regrette toutefois que certains seconds rôles comme M'baku et Everett Ross n'aient aucune occasion de briller, quand on connaît le talent de Winston Duke et de Martin Freeman. 

 

Le traitement des personnages secondaires et aussi révélateur du plus gros défaut du film, cité plus haut : l'écriture du film ne fait que très peu de sens. L'introduction de Riri Williams comme clé de voûte de l'intrigue entraîne incohérence sur incohérence, et crée plus de frustration que de satisfaction. Que dire également de la dimension géopolitique du film, profondément décevante car pas assez développée, et même mal développée. Où est la nuance ? Où est le recul ? Oui, certains pays sont des rapaces plus intéressés par les ressources naturelles que par la justice et l'équité, mais le Wakanda peut-il se placer en donneur de leçon quand il organise un enlèvement et s'attaque aux forces de l'ordre d'un pays étranger, ou quand il assassine les citoyens d'un autre royaume pour récupérer une de ses ressortissantes ? Le Wakanda est d'ailleurs un pays si juste qu'il est prêt à sacrifier sa population pour la vie d'une adolescente, et à céder aux revendications d'un dirigeant autoritaire. Autant de décisions regrettables qui minent l'image de pays pacifique que le premier film avait établi. Pays dont on ne voit toujours qu'une petite partie et dont on cerne mal les dimensions réelles. Les connexions pertinentes au reste de l'univers Marvel manquent quant à elles toujours, au point de se demander ce qui rend les têtes pensantes de Disney si frileuses dans la reconstruction de leur univers. 

En résumé, Black Panther : Wakanda Forever relève un peu le niveau des dernières productions Marvel, sans jamais atteindre le niveau atteint aux grandes heures de l'univers cinématographique qui nous a tant fait vibrer. La faute notamment à un scénario mal travaillé et à un effort faiblement appuyé sur la réalisation. Dommage cependant que le film souffre plus de ces défauts que de ses réussites, car celles-ci restent admirables, notamment l'hommage à Chadwick Boseman et le jeu d'acteur. Si le Wakanda est éternel, comme le titre l'affirme, espérons que notre blues de Marvel ne soit quant à lui que passager. 
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article